Tissu africain

Pensiez-vous que le vêtement n’est pas Africain?

Partagez-le

Récemment trois  chercheurs, à savoir Ralf Kittler, Manfred Kayser et Mark Stoneking du Max Planck Institut for Evolutionary Anthropology de Leipzig en Allemagne ont publié un important article intitulé Molecular Evolution of Pediculus humanus and Origin of Clothing : l’évolution moléculaire du Pediculus humanus et l’origine du vêtement [1].

La célèbre revue scientifique Nature l’a repris le 20 août 2003, sous l’intitulé Lice genes date first human clothes.

De quoi s’agit-il ?

Ces scientifiques étudiant, dans le cadre d’une approche génétique stricte, l’ADN des poux qui vivent généralement sur les êtres humains, ont déterminé le lieu et la période d’apparition du vêtement dans l’histoire de l’humanité.

Le groupe de chercheurs indique en effet qu’il existe deux variétés de poux qui séjournent spécifiquement sur l’homme :

les poux de la tête (Pediculus humanus capitis)

les poux du corps (Pediculus humanus corporis)

Les poux de la tête vivent et se nourrissent exclusivement dans le cuir chevelu (scalp).

Les poux du corps se nourrissent sur le corps humain et vivent plus particulièrement dans les vêtements.

Les scientifiques suggèrent que cette différentiation écologique s’est probablement produite lorsque les humains ont adopté l’utilisation fréquente d’habits.

A ne pas douter, c’est un événement important dans l’évolution humaine pour lequel il n’existe pas cependant, de témoignage archéologique direct à ce jour. Les chercheurs ont ainsi utilisé l’approche dite de l’horloge moléculaire pour dater l’origine du pou du corps, en supposant que cela pourrait correspondre avec un usage fréquent des habits par l’homme.

Les résultats issus de cette investigation génétique des variétés de poux africains et de poux non-africains, suggèrent clairement une origine africaine du poux humain. Cette origine se situerait en Afrique autour de -72000 ± 42000 ans avant J. C. Ainsi, l’habillement serait une innovation africaine étonnamment récente dans l’évolution humaine.

Par ailleurs, les scientifiques établissent une corrélation cohérente avec l’expansion de l’homme moderne (Homo sapiens sapiens) hors d’Afrique au cours des 100 000 dernières années.

Le vêtement aurait ainsi permis à l’homme moderne africain de coloniser des terres à des latitudes plus grandes que celles atteintes par ses prédécesseurs archaïques. Le vêtement constituerait de ce fait, un facteur de succès de son expansion sur l’ensemble de la planète.

Ces résultats de recherches, s’ajoutent à la liste de plus en plus longue des éléments qui confirment encore l’origine monogénétique africaine de l’humanité actuelle, thèse défendue par le savant africain Cheikh Anta Diop.

Ainsi la science démontre que l’Afrique noire a été le lieu des premières grandes réalisations culturelles, intellectuelles, artistiques, technologiques et scientifiques de l’histoire de l’humanité.


Partagez-le